Le travail du juste et le paresseux.

Publié le par alainlarroque

CHAPITRE 7 DE L'ETUDE SUR LE JUSTE ET SES QUALITES SPIRITUELLES

 

Proverbes 12/10-11 ; 19/24 ; 20/4 ; 21/25 ; 22/13 ; 24/30-34.

 

 

Salomon qui a écrit la plus part des ces proverbes, a utilisé des animaux de peu d’importance aux yeux des hommes, mais qui donne des leçons pratiques pour celui qui veut bien se laisser enseigner.

Salomon a écrit aussi beaucoup sur la vie du juste et sur la vie du méchant en faisant les contrastes entre les attitudes, les comportements et les engagements.

 

Dans le premier texte que nous avons lu, il nous servira d’introduction.

Salomon fait la différence entre le juste qui prend soin de son bétail et la cruauté du méchant, et entre celui qui cultive son champ qui lui rapporte du pain et celui qui poursuit les choses vaines, qui ne peuvent qu’être dépourvus de sens.

 

  • Le juste sait prendre soin de ce qui lui appartient ou de ce qui lui a été confié.

  • Le juste sait cultiver son champ pour que celui-ci rapporte ou lui produise de quoi avoir du pain.

 

  •  
    1. Allons tout d’abord vers la fourmi. Proverbes 6/6-11.

Salomon dit au paresseux : « Va vers la fourmi, paresseux. »

« Dieu parle tantôt d’une manière, tantôt d’une autre, mais l’homme n’y prend point garde. »

Dieu veut parler à nos cœurs par l’exemple de ce petit animal qu’est la fourmi.

Le Seigneur veut nous amener à examiner cet animal et considérer son travail, sa prévoyance, sa persévérance, sa sagesse pour le présent, comme le futur.

 

  • « Va vers la fourmi, paresseux. »

  •  
    • Examine là ; soit attentif à ce qu’elle va t’apprendre

    • Considère ses voies

    • Sois attentif à sa manière de faire

    • Devient aussi sage qu’elle.

 

  • « Va vers la fourmi, paresseux. »

Au lieu de regarder à toi seul, va vers la fourmi

Au lieu de toujours considérer ce qui va et ce qui ne va surtout pas, va vers la fourmi et retire d’elle des enseignements pratiques pour sortir de ton état léthargique, et que cela te stimule à te mettre à l’œuvre pour être heureux dans ton travail.

 

  •  
    1. L’examen de la fourmi et ses applications aujourd’hui.

L’examen de la fourmi et l’application de ses qualités ne pourront que nous permettre de devenir sage et efficace dans le service.

  •  
    1.  
      • La fourmi ne regarde pas à sa petite taille et elle ne fait pas un complexe d’infériorité.

 

 

  •  
    1.  
      • La fourmi a le sens de ses responsabilités : elle n’a ni chef, ni inspecteur, ni maître.

      • La fourmi a le sens du discernement du temps favorable :

        •  
          •  
            • Elle prépare en été sa nourriture

            • Elle amasse pendant la moisson de quoi manger pour l’hiver.

 

  • Au chapitre 30 et verset 25, on retrouve ce témoignage : « Les fourmis, peuple sans force, préparent en été leur nourriture. »

Nous avons deux verbes très intéressant et qui ont des applications spirituelles pour le temps présent, comme pour le futur :

  • Le verbe : ‘’ préparer ‘’

  • Le verbe : ‘’ amasser ‘’

  • « préparent en été leur nourriture. » 

Il y a la pensée de prévoyance : Etre prévoyant pour sa famille, pour ses enfants, pour l’avenir.

On sait ce que sont advenus les vierges folles qui n’ont pas été prévoyante au niveau de l’huile. La porte de la salle des noces était fermée quand elles sont arrivées.

 

Plusieurs textes et exemples nous encouragent à se préparer, à être prévoyant, de manière à ne pas être surpris, démunis de tout, nous retrouver hors circuit etc.

 

  1. Exemple de l’homme qui se prépare à la rencontre de son Dieu.

Invitation de Dieu à son peuple : « Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu »

Amos 4/12.

Comment l’homme peut-il se préparer à rencontrer son Dieu ?

  • En reconnaissant Jésus comme son sauveur

  • En venant à la croix du calvaire :

  •  
    •  
      • Pour vivre une véritable repentance

      • Pour expérimenter le pardon

      • Pour changer de mentalité

  •  
    • En entretenant sa vie intérieure par la parole et l’Esprit

    • En persévérant sur le chemin que le Seigneur trace, malgré les difficultés, les épreuves qui pourraient surgir, en sachant que Jésus est là.

 

  1. Exemple des œuvres que le Seigneur a préparée pour nous.

Ephésiens 2/10 : Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions. »

Ayant retrouvé notre identité par l’œuvre bénie que le Seigneur a accompli par la parole et l’Esprit.

Etant maintenant une nouvelle création par l’œuvre rédemptrice et créatrice de Christ en nous.

Il est tout à fait normal que nous pratiquions les œuvres qu’il a préparées d’avance, afin que nous ne jouissions pas d’une manière égoïste du salut.

Ces œuvres seront la preuve de notre appartenance à Christ.

 

  1. Exemple de David à la fin de sa vie, a su préparer tout ce qui était nécessaire pour la construction du temple.

 

 

David disait : « Mon fils Salomon est jeune et d’un âge faible, et la maison qui sera bâtie à l’Eternel s’élèvera à un haut degré de renommée et de gloire dans tous les pays ; c’est pourquoi je veux faire pour lui des préparatifs. Et David fit beaucoup de préparatif avant sa mort. » 1 Chroniques 22/5.

 

  1. Exemple de l’Eglise de Christ qui s’est préparée comme une épouse.

Apocalypse 21/2 :

« Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux. »

 

L’Eglise est invitée à se préparer à la rencontre de son Epoux. Quelle paraisse devant lui sans tâche, glorieuse. Ephésiens 5/25-27.

  • Prêt à rencontrer son Dieu et son Seigneur

  • Prêt à recevoir ce que le Seigneur a préparé pour notre bien spirituel

  • Prêt : être équiper, revêtu pour entrer dans la salle des noces de l’Agneau.

 

  •  
    •  
      •  
        •  
          • Amasser :

Il y a ceux qui amassent et qui un jour disparaîtront et à qui cela servira-t-il ?A  ceux qui n’auront rien fait.

« L’homme amasse, mais il ne sait qui recueillera » Psaume 39/7.

Ecoutons l’exhortation du Seigneur Jésus : « Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, amassez-vous des trésors dans le ciel. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. » Matthieu 6/19-21.

 

Dans ces paroles le Seigneur a voulu mettre en avant deux principes :

 

Le premier : c’est celui des priorités et du bon sens.

Il serait insensé de se dépenser pour quelque chose qui perd de sa valeur. D’où la raison de cette parole de Jésus, dans l’Evangile de Jean au chapitre 6 et verset 27 : « Travailler, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste, pour la vie éternelle. »

 

Le deuxième principe : c’est celui des sentiments.

Le Seigneur ne veut pas que l’on se sente chez nous sur la terre. On est appelé à y être des étrangers, des pèlerins, des voyageurs. Parce que notre patrie à nous est céleste. Hébreux 11/13-16.

Paul a donné par l’intermédiaire de Timothée cette exhortation en direction des riches :

« Recommande-leur de faire du bien, d’être riches en bonnes œuvres, d’avoir de la libéralité, de la générosité, et de s’amasser ainsi pour l’avenir un trésor placé sur un fondement solide, afin de saisir la vie véritable. »

1 Timothée 6/18-19.

La générosité du Seigneur doit inciter les croyants à être riches en œuvres bonnes.

Générosité avec les richesses matérielles dont ils peuvent disposer.

Générosité qui ne sera pas seulement un sacrifice, mais plutôt un investissement dans les vrais richesses célestes.

 

  1. Interpellation en direction du paresseux.

Proverbes 6/9-11 ; 26/14.

 

 

 

Deux questions sont posées aux paresseux :

  1. Paresseux, jusqu’à quand seras-tu couché ?

  2. Paresseux, quand te lèveras-tu de ton sommeil ?

Le paresseux se plait dans son lit ; il tourne dans son lit, alors qu’il sait fort bien qu’il devrait se lever et faire le travail qui lui incombe.

Mais la paresse lui dit : « Tu as le temps ! » « Profites de te reposer ! » « Dors encore un peu, ne soit pas fou du travail ! »

 

  1. Paresseux, jusqu’à quand seras-tu couché ?

Dans le livre de l’Ecclésiaste, il est dit au sujet du paresseux ceci : « Celui qui se croise les bras est un insensé et il se détruit lui-même ».

La paresse constitue l’excès inverse de celui dénoncé au verset 4, où il est dit :

« J’ai aussi constaté que toute labeur et que toute habileté que les hommes mettent à leurs œuvres sont motivés par la rivalité des uns et des autres. Cela aussi est dérisoire : autant courir après le vent. » Ecclésiaste 4/4.

 

N’est-ce pas le message que l’apôtre Paul a transmis aux Romains, et en même temps à la génération de la fin des temps :

Romains 13/11-14.

  1.  
    • Vous savez en quel temps nous vivons

    • C’est l’heure de sortir de notre sommeil

    • La nuit tire à sa fin, le jour va se lever

    • Débarrassons-nous de tout ce qui se fait dans les ténèbres

    • Revêtons-nous de l’armure de la lumière

    • Vivons correctement, comme il convient en plein jour

    • Revêtez-vous du Seigneur et ne vous préoccupez pas de satisfaire les désirs de l’homme livré à lui-même.

 

Qu’arriverait-il à celui qui ne se laissera pas interpeller par cette invitation ?

La suite du texte nous le révèle :

Le paresseux fait acte d’avoir entendu l’interpellation, mais il demande encore un peu de temps.

 

Voici ce qu’il répond :

« Je vais faire juste un petit somme, juste un peu m’assoupir, rien qu’un peu croiser les mains et rester couché un instant. » Verset 10. (Le Semeur)

Il est reconnu que lorsqu’on ne se lève pas tout de suite, qu’on se dit : « Je peux prendre encore cinq minute pour somnoler », qu’on va s’endormir profondément et que l’on va manquer l’heure pour son travail.

 

Au verset 11 il est dit : « Mais pendant ce temps, la pauvreté s’introduit chez toi comme un rôdeur, et la misère comme un pillard. » (Le Semeur)

Si tu dors la nuit, saches que d’autres travaillent. Celui qui n’est pas en éveil spirituel, se met en danger, devient vulnérable, accessible au rôdeur. Proverbes 24/33-34 ; 20/13.

Exemple de Samson Juges 16.

Le sommeil spirituel ne pourra que conduire à la pauvreté, à la misère spirituelle, et connaître un réveil douloureux.

 

  1. Le terrain du paresseux comment est-il ?

Proverbes 24/30-34.

 

Ces versets sont révélateurs de l’état du terrain à la fois du cœur et des conséquences au niveau de l’Eglise et du monde.

Au verset 30 Salomon dit : « J’ai passé près du champ d’un paresseux, et près de la vigne d’un homme dépourvu de sens. »

On saura vite reconnaître celui qui travaille, qui prend à cœur l’œuvre qui lui a été confié, de celui qui est né fatigué et pour qui tout est une corvée de faire, d’entretenir, d’entreprendre, parce qu’il trouvera toutes les raisons, les excuses pour justifier sa position.

« A cause du froid le paresseux ne laboure pas ; à la moisson, il voudrait récolter, mais il n’y a rien. » Proverbe 20/4.

 

Aux versets 31 et 32, Salomon fait le descriptif des conséquences de la paresse spirituelle :

« Et voici, les épines y croissaient partout, les ronces en couvraient la surface et le mur de pierres était écroulé. »

Les épines et les ronces sont symboles des soucis et des séductions du siècle présent.

Le paresseux est trop paresseux pour enlever les haies de ronces.

 

En parlant de la parole qui est semée, Jésus révèle un état de cœur dont la parole ne pourra croître et porter du fruit : « Une autre partie tomba parmi les épines ; les épines montèrent, et l’étouffèrent. »

 

« Celui qui a reçu la semence parmi les épines ; c’est celui qui entend la parole, en qui les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent cette parole, et la rendent infructueuse. » Matthieu 13/7 & 22.

 

A partir du moment où un terrain est laissé en jachère, à l’abandon, qu’il ne reçoive aucun entretien, qu’il ne soit pas cultivé, ne soyons pas étonnés que les ronces et les épines poussent, se développent sans aucun soin.

En plus le mur de pierre de protection est écroulé.

Quand un champ est à l’abandon, ne soyons pas surpris qu’il soit visité, piétiné et qu’il devienne un lieu de détritus.

C’est pour cette raison que Salomon a dit : « Et la pauvreté te surprendra, comme un rôdeur, et la disette, comme un homme en armes. » Verset 34.

Du fait de son amour immodéré pour le sommeil plutôt que pour le travail, le paresseux devient sage trop tard, et il tombe immanquablement dans la pauvreté, pareil à la victime d’un voleur.

Si la paresse mène à la pauvreté ; elle n’en est pas toujours la cause. Il fallait le préciser.

 

  1. Les désirs du paresseux ne peuvent se concrétiser.

Proverbes 21/25

« Les désirs du paresseux le tuent, parce que ses mains refusent de travailler. »

« Les désirs du paresseux le feront mourir car il refuse de travailler de ses mains. » (Le Semeur)

A la différence de l’homme actif, les projets du paresseux ne lui seront pas profitables.

Au chapitre 10 et au verset 4 du même livre, il est dit : « La main nonchalante appauvrit, mais la main active enrichit. »

Au chapitre 13 et verset 4, Salomon ajoute : « L’âme du paresseux a des désirs qu’il ne peut satisfaire ; mais l’âme des hommes diligents rassasie. »

 

 

Les projet du paresseux ne peuvent arriver à terme ou se concrétiser :

  1.  
    • Parce que le paresseux ne se lève pas

    • Parce qu’il ne bouge pas

    • Parce qu’il voudrait que ses projets s’accomplissent sans bouger le petit doigt.

C’est ce que confirme le verset 25 du chapitre 21 : « Parce que ses mains refusent de travailler. »

 

Que dit l’apôtre Paul à ce sujet aux chrétiens de Thessalonique ?

« Nous apprenons, cependant, qu’il y en a parmi vous quelques uns qui vivent dans le désordre, qui ne travaille pas, mais qui s’occupe de futilité.

Nous invitons ces gens-là et nous les exhortons par le Seigneur Jésus-Christ, à manger leur propre pain, en travaillant paisiblement » 2 Thessaloniciens 3/11-12.

 

Au verset 10 de ce même chapitre 3, Paul dit clairement : « En effet, lorsque nous étions chez vous, nous vous avons donné cette recommandation : ‘’que celui qui refuse de travailler renonce aussi à manger. » (Le Semeur)

Dans Proverbes 12/11, Salomon dit : « Celui qui travaille sa terre aura du pain en abondance, mais celui qui court après des chimères est dépourvu de sens. » (Le Semeur)

 

  1. Ce qui freine le paresseux de se lever et d’aller au travail.

Proverbes 20/4 :

« A cause du froid, le paresseux ne laboure pas ; à la moisson, il voudrait récolter, mais il n’y a rien. »

La traduction Le Semeur : « A la saison froide, le paresseux n’a pas envie de labourer, au temps de la moisson, il cherche à récolter, mais ne trouve rien. »

 

Le paresseux se laisse facilement arrêter par les évènements contraires, par la période hivernale, ayant peur d’affronter la nature.

La saison froide : c’est l’automne et l’hiver, époque des pluies et des semailles en Israël.

Le paresseux n’a pas ou ne veut pas prendre conscience du sens de ses responsabilités.

 

Il fait, quand il a envie, mais comme ce n’est pas souvent, il laisse passer le temps. Le temps passant, le travail, le labour et l’ensemencement ne se faisant pas tout seul, au bout du compte qui va être le grand perdant, c’est le paresseux.

  • Dieu ne fera pas ce qui revient à l’homme

  • Dieu ne fera pas pousser la semence qui est restée dans le sac.

 

Attention à tous ceux qui font simplement, quand ils ont envie.

  • Dieu ne donnera pas le blé de la récolte à celui qui a craint de sortir à cause des intempéries.

  • Dieu n’excusera jamais le paresseux qui veut se justifier de ne pas avoir labourer, ensemencer le terrain qui lui était échue.

  • Exemple de l’étudiant qui veut avoir son diplôme sans étudier.

 

  1. Le paresseux impressionné par le lion qui est dehors.

Proverbes 22/13 ; 26/13-16.

« Le paresseux dit : « Il y a un lion dehors ! Je serai tué dans les rues. »

 

« Le paresseux dit : « il y a un lion sur le chemin, il y a un lion dans les rues. »

Le paresseux se laisse facilement impressionner, paralyser par les obstacles, les évènements, par les oppositions.

Tout est prétexte pour ne pas sortir et faire ce qui est à faire, parce qu’il a peur du sacrifice, il n’a pas l’esprit du renoncement en lui.

N’est-ce-pas l’objectif du diable, impressionner, paralyser, se dresser sur notre chemin pour nous empêcher de sortir, de faire et de récolter.

L’homme courageux, l’homme de foi, l’homme actif pour l’œuvre de Dieu, ne se laissera pas arrêter, mais fera front contre l’ennemi du temps, contre l’ennemi du relâchement, contre l’ennemi de la paresse, et en triomphera comme David l’a fait en son temps.

 

  1. La démission total du paresseux par manque d’énergie.

Proverbes 19/15 & 24.

« La paresse plonge dans la torpeur. »

« Le paresseux plonge sa main dans le plat, mais il ne la ramène pas à sa bouche. »

La paresse ronge l’énergie du système nerveux et le conduit à une démission totale.

Il n’a plus de réaction, il n’a plus d’élan, plus d’énergie pour réagir. Tous ses muscles ont démissionné, parce qu’ils ne croient plus dans la vie.

C’est la torpeur, l’inertie totale qui gagne, pour finir à la mort. C’est pour cette raison que Salomon dit que lorsque le paresseux plonge sa main dans le plat, il n’a pas la force de la ramener à sa bouche.

 

C’est pour cette raison il faut écouter ce que dit Salomon au chapitre 10 et verset 4 : « La main nonchalante appauvrit, mais la main active enrichit. »

L’homme actif dans le bon sens du terme, équilibré, sera toujours loué, béni, récompensé.

Ne nous laissons pas endormir par le sommeil de la paresse, mais secouons le vêtement de la torpeur, de la léthargie spirituelle et regardons en face de cette réalité spirituelle : le champ est immense et les besoins sont énormes. Entrons dans le champ de Dieu et travaillons de mieux en mieux pour l’avancement du royaume de Dieu.

 

Publié dans Série "Le juste"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article